Règles, régulations et systèmes pour une meilleure gestion de la ressource eau

La propriété commune des ressources telles que les pâturages, les forêts, l’eau souterraine, l’eau de surface comme les réservoirs ou les étangs, fournissent une série de bénéfices économiques et sociaux à une large variété d’usagers. Mais les accords qui régissent l’utilisation de ces ressources sont ambigus et ils mènent quelques fois à des conflits sociaux et à la dégradation des ressources. Par exemple, l’eau souterraine est une ressource à l’accès ouvert dont le détournement incontrôlé conduit à l’épuisement des nappes phréatiques et à une eau de mauvaise qualité.

On dit que l’accès à l’eau peut être garanti seulement si les droits sur l’eau sont séparés des droits sur la terre et si les droits de propriété sur l’eau sont clairement définis. Avec le passage du temps, beaucoup de réservoirs (systèmes d’eau traditionnels) deviennent des ressources à l’accès ouvert dû aux faibles rapports de propriété. L’usurpation des droits ainsi que la privatisation et l’appropriation des réservoirs d’eau par le gouvernement ont été les principales conséquences de l’incapacité du système des autorités locales de faire respecter les accords institutionnels dans le cadre d’une gestion commune de la propriété des ressources. Le développement des bassins englobe la plupart de ces ressources. La gestion de ces ressources mène à des externalités aussi bien positives que négatives et celles-ci ont un impact sur différents secteurs des communautés. Il est important de comprendre que les différentes sources d’eau ne peuvent pas être considérées de manière isolée puisque l’eau souterraine, les ressources des étangs et les bassins sont hydrologiquement liées et les politiques doivent être conçues en tenant compte de cela.

Dans le cadre de ce vaste sujet, les membres de CE-WLP (capitalisation d’expériences, eau, terre et population) ont senti le besoin de se concentrer sur :

  • Le dynamisme: La capacité des institutions de changer, de s’adapter et de croître suivant le développement du projet pour répondre aux besoins changeants des communautés (déplacement de l’accent des aspects concernant l’équipement vers la gestion, les liens du marché etc.) au fur et à mesure que les mesures de conservation du sol et de l’eau commencent à produire des résultats.
  • La durabilité des systèmes et des institutions spécialement de celles qui se seront développées pendant la période post-projet.
  • La rénovation de la leadership et de l’échelle des valeurs dans le collectif afin de garantir l’application de principes de gestion conjointe et d’équité pendant la période post-projet (existence d’une culture démocratique participative plutôt que d’une leadership hiérarchique).

 

Leçons apprises correspondantes

Retour